Calamonique

Pour notre première journée dans San Francisco, on a évidemment pris un célèbre Cable Car, ces tramways à traction débrayables, tirés par des filins d’acier à travers la ville. Le 2 août prochain, ils fêteront leur 140e bougie. Ils ont failli être rayés du paysage urbain lors de l’arrivée du tram, mais il y a eu rébellion baston et tout, et du coup ils sont restés, pour la plus grande joie des touristes ! Il existe encore 3 lignes en fonction.

On est monté à bord d’un joli wagon à Powell, et on est descendu au bout de la ligne, à côté de Fisherman’s Warf et du fameux Pier 39, où les otaries ont pris leur quartier. Un trajet coût 6$. Et oui, le fun a un prix !

San Francisco, CalifornieSan Francisco, Californie

Les wagons font demi-tour sur une plaque tournante (il faut en avoir des biscotos pour faire tourner ces trucs de…

View original post 261 mots de plus

photospaulorelie

Juste quelques photos prises sur la route entre Twizel et Manapouri  (cf carte). Cette route passe par le Lindis Pass (col) et redescend vers Cromwell dont une partie du village historique est sous les eaux d’un lac artificiel. A partir de ce col nous rentrons dans une ancienne région aurifère dont Queenstown est la capitale. Nous ne faisons qu’un passage éclair à Queenstown car nous avons mis le cap vers la région des Fiordlands où la météo s’annonce plutôt bonne. D’autant plus que Queenstown, ville axée sur le tourisme de sports « extrêmes », ne nous attire pas plus que ça. Pour la petite histoire depuis que des Néo Zélandais ont inventé le saut à l’élastique à Queenstown, celle ci s’est autoproclamée capitale mondiale du sport extrême. Par contre l’hydro speed a été importé à Queenstown par un français.

Pour compléter quelques photos du Jucy en camping… Rassurez vous Aurélie ne fait…

View original post 18 mots de plus

Le Carnaval de Nice 2013

Le carnaval de Nice célèbre dans le monde entier, attire chaque année plusieurs centaines de milliers de visiteurs. Cette année les festivités ont commencé le 15 février et vont durer jusqu’au 6 mars, avec 18 chars qui vont raconter l’histoire du Roi des 5 continents.

La ville de Nice avec l’un des plus grands carnavals du monde propose un programme de spectacles inoubliables pour l’événement phare de la Côte d’Azur en saison hivernale.

Roi des 5 continents

Des dragons, une geisha, des européens, la Statue de la Liberté et des Américains, des Africains… 18 chars venus des 5 continents et ont raconté cette année l’histoire du Roi des 5 continents pour le corso de jour du Carnaval de Nice, sur la place Masséna.

Il s’agit de parades géantes très colorées qui se déroulent de jour ou de nuit devant les spectateurs, animées par plus de 1000 musiciens et danseurs venus du monde entier.

Le Corso

Sur la Promenade des Anglais se déroule le « Corso« , une magnifique bataille de fleurs avec des mimosas, gerberas, lys qui sont lancés au public par des personnages aux costumes extravagants qui se trouvent sur les chars.

L’élection de la Reine du Carnaval

Pour l’élection de la Reine du Carnaval de Nice 2013, les internautes ont été nombreux, car il y a eu près de 42 000 visiteurs et 21 000 votants de 113 pays différents.

L’heureuse élue cette année s’appelle Fanny, une Niçoise de 19 ans.

Comme une partie des festivités continuent jusqu’au 6 mars, il reste encore du temps aux retardataires de venir au Carnaval de Nice cette année, en séjournant dans un hotel Nice centre et en profiter pour visiter cette magnifique ville de la Côte d’Azur.

Chef-d’œuvre d’architecture et décors opulents: L’opéra Garnier

Si vous avez besoin d’être époustouflé pendant votre séjour à Paris, n’hésitez pas une seconde à faire la visite de l’Opéra Garnier car Charles Garnier, l’architecte à l’origine du bâtiment dans les années 1870, n’a pas fait les choses à moitié.

Image

Après 15 ans de travaux, le Baron Haussmann, directeur du projet, offre à Paris l’un de ses plus beaux joyaux. Pour se faire une idée des somptueux intérieurs de l’opéra, il suffit de voir la nef du grand escalier en entrant dans l’édifice, majestueuse et toute en marbre, de 30 m de hauteur. Pendant la visite de l’Opéra Garnier, il faut promener son regard partout et surtout, penser à lever la tête car les plafonds peints sont spectaculaires.

Pour mieux admirer le célèbre grand escalier de l’Opéra Garnier, il faut prolonger sa visite jusque dans les foyers où l’on a un panorama complet sur cet endroit étincelant. Voûtes, fresques, sculptures, peintures, miroirs, la visite de l’Opéra Garnier vous offre littéralement à chaque pas que vous faites, une multitude de détails décoratifs, peu importe l’endroit où vous êtes. Après l’hommage à l’architecte dans le grand foyer, découvrez la rotonde du salon du glacier puis la salle principale, accueillant les spectacles lyriques. C’est l’apothéose de votre visite, dans une pièce splendide qui fait 20 m de hauteur. Si vous séjournez dans un hôtel à  Paris Opéra, il est très facile de planifier cette visite.